Les risques psychosociaux (RPS)

 

Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes liés à des risques psychosociaux.
Le phénomène n’épargne aucun secteur d’activité. Indépendamment de leurs effets sur la santé des individus, les risques psychosociaux ont un impact sur le fonctionnement des entreprises (absentéisme, turnover, ambiance de travail…).

Les risques psychosociaux sont pris en compte dans la législation du travail, au même titre que les autres risques professionnels.

Il est important d’analyser chaque situation, de l’évaluer, de proposer de la prévention et de l’aide, soit individuelle soit collective.

Définition :

On qualifie de « risques psychosociaux » (ou RPS) les éléments qui portent atteinte à l’intégrité physique et à la santé mentale des salariés au sein de leur environnement professionnel.
Ces risques peuvent se manifester sous différentes formes : du stress, des troubles physiques (maladies psychosomatiques, des troubles de la concentration, des problèmes de sommeil, une irritabilité, une grande fatigue, une dépression…), des formes de violence, du harcèlement, de l’épuisement professionnel…

• Qu’est-ce que le stress professionnel ?

Il se caractérise par un déséquilibre entre les contraintes imposées par l’activité professionnelle (conflits avec la hiérarchie ou les collègues, surcharge de travail, agressions par un client/un usager…) et les ressources dont le salarié dispose pour travailler dans son environnement.
Il s’agit cependant d’un ressenti subjectif.

• Quand parle-t-on d’épuisement professionnel (burn-out) ?

Le « burnout » est fréquemment la conséquence d’un investissement personnel et affectif important dans son activité professionnelle.
Le professionnel en burn-out a été dans une situation de stress prolongée. Il se sent épuisé tant physiquement que mentalement, il se sent à fleur de peau, dans une forme de dépréciation de ses compétences, il connaît une perte de confiance…

• Qu’est-ce que le harcèlement moral ?

Défini par le Code du travail, le harcèlement moral se manifeste par des agissements répétés qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits de la personne du salarié au travail et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.

Le harcèlement moral réside dans l’intention, pour une personne ou un groupe de personnes, de nuire à une ou plusieurs autres personnes.
Aujourd’hui, c’est une action punie par la loi tant elle constitue un désir volontaire d’atteindre à l’intégrité d’une personne.

Le harcèlement moral a des conséquences graves pour un salarié : cela remet non seulement en cause son droit au travail mais également son équilibre personnel, celui de sa famille et sa santé.
Malheureusement, c’est une violence répandue.

• D’où viennent les violences, les incivilités au travail ?

La violence au travail peut se rencontrer à l’extérieur comme à l’intérieur de l’entreprise. Elle peut être donc du fait des clients, des usagers, comme des collègues.
Elle peut recouvrir des dimensions plus ou moins graves (harcèlement moral, agressions verbales, agressions sexuelles…).

Certains secteurs d’activité sont plus touchés que d’autres par la violence externe.
Les professionnels exerçant des activités de service, à l’origine de nombreux contacts avec les usagers, sont confrontés à des tensions qui peuvent dégénérer en conflits.
Les professionnels qui manipulent des objets de valeur (banques, bijouteries…) sont fréquemment à la une en termes d’agressions, plus ou moins graves.

Pour ce qui est de la violence interne, on constate généralement deux choses :
• – L’auteur est fréquemment une personne bien intégrée à l’entreprise (il croit alors pouvoir justifier davantage son attitude) ;
• – La victime n’est pas nécessairement une personne jugée comme fragile (femme, jeune…).

• Quels sont les effets des RPS sur la santé des individus ?

Les effets sur les individus sont aussi bien physiques que psychologiques :
• Symptômes physiques (maux de tête, troubles de la digestion, insomnie, troubles musculo-squelettiques, maladies cardiovasculaires…) ;
• Symptômes émotionnels et nerveux (nervosité, crise de larmes, angoisse, tristesse, atteinte à l’estime de soi…) ;
• Symptômes intellectuels (difficultés à prendre des décisions ou des initiatives, troubles de la mémoire, perte d’identité professionnelle…).

• Qu’en est-il pour l’entreprise ?

Les effets dans l’entreprise se manifestent sous différentes formes :
– les impacts des atteintes à la santé de ses salariés (absentéisme, AT, …) ;

– la baisse de la performance de l’entreprise (quantité, qualité, perte de nouveaux marchés…) ;

– la dégradation de l’ambiance de travail (turn over, impossibilité de travailler en groupe…).

Les effets sur les individus et sur l’entreprise s’aggravent si les causes s’inscrivent dans la durée.
En tant qu’employeur, il faut prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés comme l’expliquent les articles L 4121-1 à 5 du code du travail. Ces dispositions comprennent :
• des actions de prévention des risques professionnels,
• des actions d’information et de formation,
• la mise en place d’une organisation et des moyens adaptés.

Contactez-nous

L’organisme GV PSY, c’est un réseau de psychologues expérimentés dans le soutien psychologique des salariés, la gestion des risques psychosociaux et la prise en charge du stress post-traumatique.